CHOUFTOUHONNA 2nd edition/ May 13th 14th 15th, 2016

English Below

Chouftouhonna, le Festival International d’Art Féministe de Tunis, a pour origine un petit collectif de femmes qui se sont questionnées sur les conditions d’accès à l’art et à la culture pour elles et leurs sœurs dans le contexte actuel du pays. De cette réflexion est née l’idée de fournir aux femmes tunisiennes, mais aussi d’ailleurs, un espace où partager leurs créations et ainsi avoir une voix qui puisse désormais être audible.

 

En effet que ce soit dans le chemin vers la production ou bien celui vers la consommation d’œuvres quelles qu’elles soient, celui-ci est semé d’obstacle. Ces obstacles adoptent différents visages, selon les cas, racisme, religion, patriarcat, élitisme, tradition, éducation, classisme,…. Et de ceux-ci découlent discriminations et violences auxquelles nous devons faire face chaque jour.

Ces visages, nous avons décidé de les affronter. Le meilleur moyen de lutter contre la peur est le savoir. Et pour atteindre cette connaissance, et à travers elle la confiance en nous-mêmes que nous méritons, art et culture sont des chemins privilégiés qui ont longtemps  été refusés aux femmes. Et qui encore aujourd’hui ne sont que trop balisés et limités par la domination du patriarcat. Les séquelles s’en ressentent et guident encore l’autocensure de nos corps et de nos actions.

Chouftouhonna une initiative artistique bien sûr! Mais aussi et avant tout, activiste.

 

La définition de l’activisme est la suivante : un engagement politique qui privilégie l’action directe. Et c’est bien de cela qu’il s’agit : agir directement afin de prendre par nous même les droits qui nous ont été retirés de facto.

Et dans une période telle que celle que nous traversons, avec tous les bouleversements que cela implique et toutes les « révolutions » auxquelles nous avons assisté et participé, il est devenu inimaginable que les femmes, aujourd’hui majorité n’aient que des espaces d’expressions mineures.

Nous sommes dans une ère de remise en question, il est donc temps de poser nous mêmes ces questions.

 

Par son ambition féministe et activiste, Chouftouhonna est le premier festival du genre en Tunisie et dans la région.

La première édition du festival a eu lieu le 17 mai 2015 à Tunis et avait réuni les oeuvres de plus de 70 femmes artistes de 14 pays différents. Plus de 700 personnes s’étaient déplacées pour assister à cette journée.

Face à ce succès la deuxième édition se tiendra sur trois jours, les 13, 14 et 15 mai 2016.

Tout au long de ces trois jours auront lieu l’exposition, la diffusion et les performances des différentes oeuvres en compétition et hors-compétition.

En parallèle se tiendront dans la journée des conférences et des ateliers et dans la soirée, des concerts.

La compétition réunira six grandes categories artistiques (Arts plastiques, Cinéma, Photographie, Musique, Arts scéniques et Arts graphiques) qui seront chacune récompensées par un prix attribué par le jury du festival. Un septième prix sera octroyé par les votes du public et sera transversal à toutes les categories.

 

La première édition s’était faite sous le propos de Ziad Rahbani “Cinq minutes après ta naissance, ils décideront de ton nom, ta nationalité, ta religion, ta sexualité et de ta communauté… et tu passeras toute ta vie à te battre pour des choses que tu n’as pas choisies et à les défendre bêtement.” Cette deuxième édition aura pour parole les mots de Anasua Sengupta “Bien trop de femmes dans bien trop de pays parlent la même langue : le silence.”

 

Nous souhaitons que cette deuxième édition permette un espace sécurisé d’expression de partage et de visibilité encore plus large. Afin que toutes les voix des femmes soient audibles à nouveau et résonnent encore plus loin et plus fort.

 

 


Chouftounhonna, the International Feminist Art Festival of Tunis, has originated from a small task force of women who have questioned the conditions of access to art and culture for themselves and their sisters in the current context of the country. This reflection gave birth to the idea of creating a space for Tunisian women to share their creations, and where their voice would be audible.

In fact, the road to both the creation and the consumption of works of art is full of obstacles. These obstacles adopt different faces, and different forms of discrimination, whether on the bases of religion, racism, patriarchy, elitism, tradition, education, classism … And they derive discrimination and violence that we face every day.

We have decided to face these faces. The best way to fight fear is knowledge. And to achieve this knowledge, and through it the self-confidence we deserve, art and culture are privileged paths that have long been denied to women. Today, these fields are marked by and limited to the dominance of patriarchy. The effects are tangible, and continue to guide the self-censorship of our bodies and our actions.

Chouftouhonna is of course an artistic initiative! But first and foremost, it is an activist one.

The definition of activism is as follows: a political engagement that privileges direct action. And that’s exactly what it is: direct action retrieve the rights that are de facto taken away from us.

Within the period we are experiencing, with all the implicit changes the « revolutions » we attended and participated in foretell; it is unimaginable that women, who are today a majority, do not even have minor spaces for expression. We are in a challenging era. It is time to ask ourselves these questions.

Through its feminist and activist ambition, Chouftouhonna is the first festival of its kind in Tunisia and in the region.

The first festival was held May 17, 2015 in Tunis and brought together the works of 70 women artists from more than 14 countries. More than 700 people have attended on the day.

Given this success, the second edition will be held over three days, 13, 14 and 15 May 2016.

Throughout the three days, the exhibition, distribution and performance of different works will be held in competition and outside of it. In parallel with daytime conferences and workshops, evening concerts will be held.

The competition will bring together six major artistic categories (Visual Arts, Film, Photography, Music, Performing Arts and Graphic Arts), which will each be rewarded with a prize awarded by the festival’s jury. A seventh prize will be awarded by public vote and will be transversal to all categories.

The first edition was held under the Ziad Rahbani’s quote « Five minutes after you were born, they decide your name, your nationality, your religion, your sexuality and your community … and you’ll spend your whole life fighting for things you did not choose and defending them stupidly. » The second edition will speak the words of Anasua Sengupta « Far too many women in too many countries speak the same language: Silence »

We hope that this second edition enables a secure space for expression and sharing, and provides an even broader visibility, so that all women’s voices can be heard again and resonate further and louder.

 

Laisser un commentaire